Pour une découverte du territoire au fil d'extraits littéraires

…à l’automne la Baie de Somme est un dessin, au printemps c’est une peinture
, / 4581 0

…à l’automne la Baie de Somme est un dessin, au printemps c’est une peinture

SHARE
Home Extraits littéraires …à l’automne la Baie de Somme est un dessin, au printemps c’est une peinture

Pierre Garnier, L’Alouette, une litanie picarde

à l’automne la Baie de Somme est un dessin
au printemps c’est une peinture

la vase est douce,
des coques et des couteaux y vivent et y
meurent tendrement

ils passent sans à-coup
de la vie à la mort, de la mort à la vie

dans la Baie on vit peu on meurt peu
c’est le même milieu que le poème :
depuis des millénaires la vase
a créé un monde doux et lumineux

la mer est un papillon,
elle volète sur le sable,
elle ne pose guère sur la Baie

le matin le soleil au levant est au fond de
la Baie
dans les flaques on voit la résurrection

le soir le soleil plein ouest
peint la crucifixion

parfois trois croix de voiliers
remontent vers le levant

ces inexplicables beauté et bonté du monde

le fond de la Baie est si rond
que du large on voit un anneau

le sable ou la vase ou la neige éternelle
on y vit à peine on y meurt à peine

les hirondelles ne trouvant plus à se nourrir
deviennent minuscules –
des oiseaux exotiques qui vont disparaître
dans la mer –

les yeux suivent le flux qui monte
et fait tourner la mer
jusqu’aux falaises de Douvres

nul n’a jamais su si c’était les voiles ou
les drapeaux
qui faisaient avancer le navire ?

comme Guillaume le conquérant
nous nous sommes engagés dans l’inconnu
nous ne regrettons pas de nous être engagés dans
l’inconnu

nous ne regrettons pas non plus de nous être
enfoncés
dans le neiges éternelles

la Baie est un papillon
-la mer plus loin est chenille et chrysalide

parfois les rideaux bougent dans mon bureau
-il n’y a pas de vent
Mais un papillon traverse le jardin du presbytère

la Baie de Somme est un ciel étoilé :
les coques se touchent presque
mais sont à des distances sidérales l’une de
l’autre

nul ne connaît la profondeur des coques

les années-lumière semblent être nées dans la Baie

Éditions ADN Dumerchez, 2002, 89-91

Lien avec le territoire

Pierre Garnier privilégie la figure de l’oiseau.
Ce choix illustre bien la rhétorique entre l’espace et le temps.
Le paysage de la Baie de Somme s’étend aux yeux de Pierre Garnier à l’infini jusqu’à l’horizon.

PASSWORD RESET

LOG IN